La gestion territoriale des matières résiduelles en mode ACV en Estrie. Nouveaux projets qui seront réalisés par le LIRIDE et affiliés au CEVMR.

Retour 1 juin 2017

Cette initiative du LIRIDE (Laboratoire interdisciplinaire de Recherche en Ingénierie Durable et en Écoconception) en collaboration avec le CEVMR vise une modélisation territoriale du mode de gestion des matières résiduelles de la région de l’Estrie afin d’évaluer les impacts environnementaux, économiques et sociaux de divers scénarios et d’en identifier le plus optimal. Les résultats permettront, par exemple, de déterminer quelle sera la quantité optimale de matières résiduelles à détourner de l’enfouissement, d’un point de vue économique, social et environnemental.

  • Le projet prépondérant en cours est intitulé : Étude d’impact économique, sociale et environnementale du cycle de vie des modes de gestion des matières résiduelles organiques et application pour la région de Sherbrooke. Les scénarios étudiés comprendront notamment la biométhanisation, l’enfouissement et le compostage;
  • Étude de cas 1: Sous-projet défini avec la ville de Sherbrooke qui portera sur la collecte sélective des feuilles mortes, sapins, bois et encombrants;
  • Étude de cas 2: Sous-projet défini avec l’entreprise Englobe qui portera sur l’analyse du cycle de vie du système de compostage (ciel ouvert versus fermé).

Différents outils peuvent être appliqués dans le cadre d’évaluation des impacts environnementaux des différents scénarios de gestion et de valorisation des matières résiduelles. Parmi eux, l’ACV a été identifié comme étant un outil potentiellement prometteur dans un contexte local d’aide à la décision. L’ACV est un outil méthodologique permettant d’évaluer, sur la base des normes ISO 14040 et 14044, les impacts environnementaux potentiels d’un service (comme la gestion des matières résiduelles) sur l’ensemble de son cycle de vie. Ainsi, l’ACV considère tous les impacts environnementaux de l’extraction de la matière première jusqu’à leur fin de vie. L’intérêt principal de cet outil holistique est l’évitement du déplacement de problème d’une étape du cycle à une autre ou d’une catégorie d’impact à une autre. Cependant, l’ACV est à la base d’une approche orientée « produit / service ». Des propositions ont été faites afin d’étendre l’échelle des systèmes étudiés en intégrant l’analyse des systèmes territoriaux.

Par ailleurs, aucune étude n’a été réalisée pour un territoire dans sa globalité comme celui de la ville de Sherbrooke, voire même de l’Estrie. Ce constat s’explique par la présence de certains verrous, dont la définition de(s) l’unité(s) fonctionnelle(s) et du flux de référence, la sélection des frontières du système et la modélisation du système. Des développements et des adaptations de l’outil d’ACV seront donc à mettre en place et à développer dans le cadre de ce projet.

En plus de l’aspect environnemental, les études prendront en compte tous les impacts économiques et sociaux de gestion de matières résiduelles. Ceci est essentiel pour minimiser les impacts environnementaux tout en maximisant les retombées socio-économiques positives, à l’échelle du territoire étudié.

Les résultats obtenus seront également pertinents pour les partenaires industriels. En effet, les résultats de l’ACV vont permettre d’identifier notamment les points chauds environnementaux au niveau de leurs procédés allant de l’extraction de la matière première jusqu’à la fin de vie de leurs procédés. L’identification de ces points chauds environnementaux, sociaux et économiques aidera l’optimisation en ciblant mieux les efforts d’interventions de réduction des impacts.

Les projets en cours sont réalisés grâce à l’obtention du PADSSCE du MESI et par la contribution des partenaires aux projets dont Englobe et la Ville de Sherbrooke.

 

Partagez

Valoris
Ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation

Créneau accord bio-industries environnementales
Université de Sherbrooke